Économie rime avec Écologie

Quand je parle un peu de notre projet dans mon entourage, les réactions les plus virulentes sont « Tu ne devrais pas te priver comme ça ! » et « On ne sait jamais ce qui peut arriver, on peut mourir demain, il faut profiter de la vie ! ».

Alors déjà d’une, je suis tout à fait consciente qu’un malheur peut arriver n’importe quand et ce que j’ai envie de dire c’est « Ben justement, pourquoi vous ne faites pas comme moi pour profiter au maximum de la vie tant qu’il est encore temps au lieu de travailler de 5 à 7 jusqu’à 65 ans ? ».

Enfin bon, bref, ça c’est une chose mais surtout l’autre c’est…. Quand est-ce que j’ai parlé de me priver ? Et c’est là, quand je leur assure que je ne me prive pas, qu’on dirait que plus personne ne me crois.

Alors peut-être que le fait de détester magasiner doit m’aider un peu (!), mais à bien y réfléchir, ce sont nos valeurs qui ont le plus d’impact sur notre épargne. Et la valeur qui a le plus d’impact dans la vie de tous les jour, c’est définitivement l’écologie.

Quel est le lien entre écologie et économie me direz vous ? Et bien dans notre famille, à bien y réfléchir, c’est tout simplement grâce à notre respect de l’environnement que ce projet de retraite précoce est accessible.  

Pour nous cette intention de prendre soin de notre planète de retrouve sous différentes formes.

1. Le gaspillage alimentaire

Quand j’étais petite, ma mère me disait toujours de penser aux enfants qui meurent de faim dans le monde quand je voulais jeter de la nourriture à la poubelle. C’est peut-être quelque chose d’un peu trop « brutal » à dire à un enfant. Cependant, je pense que l’objectif de ma mère a été atteint car j’essaie, encore aujourd’hui, de faire très attention au gaspillage alimentaire. Il ne faut pas se leurrer, il y a vraiment des millions de personnes qui meurent de faim dans le monde (source).
En avoir conscience peut grandement nous aider à faire attention au gaspillage alimentaire !

Mais voyons, les québécois ne gaspillent pas tant que ça, si ?

Selon la MAPAQ (ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec), La quantité de nourriture jeté par année et par ménage est de……. 183 kg !!! (source).

C’est énorme ! Et si on parle d’un point de vue financier, ça représente plus de 1 000$ qui disparaissent…. dans la poubelle !

L’année passée, mon chum s’est « amusé » (perso, je ne l’aurais pas fait) à comptabiliser tous ce que nous jetions (parce que parfois on n’y coupe pas) en y mettant un coût. Il a évalué notre gaspillage alimentaire à environ 130$. C’est pas mal du tout, surtout sachant que nos 3 filles (de moins de 4 ans à ce moment là) sont excessivement  difficiles et que je pense que la majorité de notre gaspillage venait de là. Nous essayons toujours de manger leurs restes mais on se garde une petite gêne quand elles sont malades quand même, et c’est souvent malade des enfants de cet âge là.

Alors comment faire pour réduire le gaspillage alimentaire ?

Je n’ai pas vraiment de secret à vous fournir à part les évidences suivantes :

  • Faire une liste de repas pour la semaine et n’acheter que les ingrédients nécessaires à ces repas.
  • Éviter d’acheter des items « coup de tête » qui ne sont pas sur la liste.
  • Garder le frigo le plus « vide » possible (ce qui est caché dans le fond risque fort de finir à la poubelle).
  • Ne pas se fier au « meilleur avant » comme si la nourriture allait nous exploser à la figure à la fameuse date d’échéance. Il faut se fier à notre jugement (source)

Économie annuelle : 870$

2. Réduction de la viande

Je pense que vous avez tous entendu dire qu’une vache… ça pollue ! En plus de ses « émanations », il y a aussi le défrichage pour les élever et surtout pour leur fournir de la nourriture. Un seul kilogramme de boeuf génère 32,5 kg de CO2 contre, par exemple, 0,1 kg pour le soya.
Réduire sa consommation de viande, plus particulièrement de viande rouge (plus polluante), fait donc partie de la solution pour préserver ce qui peut encore l’être de la planète.

Selon l’étude dont parle le Devoir (source), les canadiens devraient réduire leur consommation de viande rouge de 85%, c’est à dire passer à un seul repas de viande par semaine.

Ça semble beaucoup mais ce changement n’a pas besoin de se faire d’un seul coup. Dans notre famille, la transition s’est faite tranquillement, sans presque s’en rendre compte. On n’était déjà pas de grand consommateur de viandes rouge mais on a augmenté la proportion de poulet et de tofu dans nos recettes. Personnellement, je n’ai pas beaucoup de mérite dans cette transition car ce n’est pas moi qui cuisine dans la famille. En plus, je n’aime pas trop les légumineuses, ce qui n’aide vraiment pas mon chum dans sa recherche de recettes végétariennes. Mais tranquillement pas vite nous avons trouvé des recettes « gagnantes » et maintenant, je pense qu’en moyenne on est pas mal rendu là, à un repas par semaine avec de la viande (principalement du poulet).

Ce choix de réduction de viande dans notre assiette a même un nom. Nous sommes des « flexitarien » !

Mais parlons budget. On ne va pas se le cacher, la viande, ça coûte cher (contrairement aux légumineuses).

Selon statistique canadien, la moyenne des dépenses par ménage en viandes achetés à l’épicerie était de 1 037$ en 2017 (source). La viande représenterait environ 19% dans le budget de l’épicerie.

Si nous revenons à mon budget personnel d’épicerie et de l’épargne induite par la réduction de la viande, je dirais que je n’ai pas calculé exactement quelle serait cette économie. Mais en faisant des calculs sommaire, je pense que nous pouvons facilement diviser par deux cette moyenne.

Économie annuelle : 520$

3. Les 3 R : réduction, réparation, réutilisation (ou récupération)

1. Réduction

«Le meilleur déchet est celui qu’on ne produit pas» et le fameux : «En as-tu vraiment besoin ?» sont deux idées qui combattent très bien la surconsommation.
Nous avons un voisin qui sort, chaque semaine au moins 3 grosses poubelles de déchets. Nous avons même vu jusqu’à 8 poubelles (et ce n’était pas du stock de démolition) !! C’est quelque chose qui me choque profondément. En fait, on s’est même demandé comment nous pourrions sortir 8 poubelles si nous le voulions, nous n’arrivions même pas à trouver comment nous ferions ça !
Nous essayons de viser le 0 déchet mais nous en somme encore loin. Surtout avec encore 2 enfants aux couches (même si elles sont sur du lavable 80% du temps) et habitant une région ou il n’y a pas beaucoup d’épicerie de vrac.
Nous sommes aussi anti-bébelles, que ça vienne de Dollorama ou d’Apple (!). Donc nous évitons autant les bidules en plastique qui cassent dès qu’on souffle dessus que… l’obsolescence programmé.

2. Réparation

Chez nous, si quelque chose brise on va toujours chercher à le réparer. J’avoue que c’est très  pratique d’avoir un chum bricoleur. Et puis maintenant, plus besoin de faire venir des pros, on trouve toutes les explications de réparation sur youtube, par exemple repair clinic.

Par exemple le mois dernier, notre laveuse n’essorait plus et faisait un drôle de bruit. Sur internet, on a trouvé une vidéo qui nous indiquait « si le bruit fait xxxx, c’est tel problème ; si ça fait plutôt sssss, c’est tel autre » (véridique !!). Après l’achat d’une pièce de 120$ et une réparation de 5 minutes effectuée grâce à youtube, on a évité d’en acheter une neuve à 1 500$.

3. Réutilisation et récupération

Pourquoi acheter neuf quand on peut acheter usager (ou même ne pas acheter du tout) ?
Donc au lieu d’acheter du neuf, nous récupérons et réutilisons. Cette logique vaut autant pour le gros que le petit. Ça va de la maison à la voiture, des meubles aux vêtements….. Kijiji (et facebook) est notre ami. Encore une fois, ce sont des actions qui nous viennent naturellement car cela correspond à nos valeurs, dictés par le besoin de préserver autant que possible l’environnement.
Je vais prendre l’exemple du linge. L’année passée, j’ai acheté du linge (d’occasion) pour 141$. Si je l’avais acheté neuf, ça m’aurait certainement coûté environ 400$.

Il est difficile de calculer exactement les économies relatives à ces 3 R.  En effet, comment calculer ce qu’on n’achète pas ? Cependant, c’est évident que ça nous aide grandement à épargner. Pour les fins du calcul, je vais définir une économie annuelle de 1 000$ pour faire un chiffre rond même si je suis persuadé que c’est un économie sous-évaluée.

Economie annuelle : 1000$

4. La voiture

Saviez-vous que la voiture neuve la plus vendue au Québec en 2018 est la série F de Ford (source) ? Et qu’il y a deux autres camions dans le top 10 ?
J’avoue que ça me déprime. Ce n’est pas comme si nous avions besoin de réduire nos gaz à effet de serre et notre consommation de ressources naturelles, n’est-ce pas ?

Enfin bref, pour des écolos tels que nous, l’idéal ça serait de ne pas avoir de voiture, c’est vrai. Mais nous ne sommes pas parfait.
Ça  a l’air que quand on habite en banlieue, il faut absolument deux voitures et , en plus,  quand on a trois enfants, il en faut forcément une grosse…. Non ?

Pas forcément. Nous habitons Laval avec trois jeunes enfants et notre seule voiture est une Honda Fit. Et oui, trois sièges autos, ça rentre dans une Fit (plus le gros chien, la poussette double,… j’en passe et des meilleurs). Nous l’avons acheté d’occasion (bien sûr) pour 9 000$ (cash), il y a 6 ans , n’avons pas encore eu de réparation majeure à faire dessus et pensons la tenir encore quelques années (en fait, le plus longtemps possible).
Entretien annuel :  350$
Essence annuel (dont voyagement pour la job): 1 000$

Donc à date, notre voiture nous coûte 2 850$ par année.

Si on compare avec une famille qui aurait acheté une Dodge caravan neuve de 25 000$ et une Corolla à 9 000$, ça leur donnerai un coût de 11 300$ + 3 000$ (selon CAA québec mais sans les frais d’immatriculation et de permis qui sont les mêmes quelque soit la voiture).

Économie annuelle : 11 450$ (oui, c’est notre meilleur « coût » écologique !)

Résultats

Si nous mettons ensemble toutes ces économies induites par des choix de respect de l’environnement, l’économie annuelle monte à 13 840$ !
Attention, ce n’est pas seulement 13 840$ d’épargne supplémentaire, mais aussi autant de dépenses en moins.

Donc, si nous revenons à notre exemple d’Antoine et Marie que j’ai présentés dans ma vidéo de démo avec les chiffres suivants :

Selon mon fichier actuel (depuis les derniers correctifs sur le FERR), en 2080, ils auraient encore 213 760$.

Si maintenant Antoine et Marie deviennent d’un coup aussi écolo que nous, voici ce qui serait modifié dans mon fichier : 13 840$ d’épargne de plus et autant en moins pour les revenus nécessaires :

Le résultat en 2080 si on regarde en terme d’argent: plus de 5 millions (eh oui !!)

Si maintenant on regarde en terme de temps, Marie et Antoine pourraient travailler 9 ans moins longtemps pour arriver au même résultat qu’avant.

Alors ? Ça vous donne peut-être envie d’être plus écologique ? En tout cas votre portefeuille (et la planète) vous en remercierai !

Pas parfait

Je vous l’avoue, personnellement, je ne suis pas 100% écolo. Il y a des choix que je ne suis pas prête à faire. Les voyages en avions sont très polluants, mais je ne suis pas prête à m’en passer (surtout avec ma famille en France). Je ne suis pas non plus prête à me passer complètement de voiture. Mais ce dont j’ai le plus honte, je vous l’avoue, c’est que je n’arrive pas à me passer de nutella sur mes tranches de pain !!! Fichue huile de palme, mais pourquoi c’est trop bon !!!

Conclusion

Mais revenons aux supposés « sacrifices » nécessaire pour l’aboutissement d’un projet de retraite anticipée.
Je me suis interrogée: Qu’est-ce qui a changé dans notre vie depuis la « révélation » que la retraite précoce était possible ?
En fait, absolument rien ! (à part l’ouverture d’un compte Disnat)
Où sont les sacrifices contre lesquels on me met en garde ? Où sont les privations ? Je les cherche encore 

Donc dans notre famille, ce n’est pas notre quête de l’indépendance financière qui dicte notre manière de vivre, c’est notre manière de vivre, en lien avec nos valeurs, qui mène à l’indépendance financière.

Et vous ? Est-ce que vos valeurs vous aide ou vous nuise à l’attente de vos objectifs financier ?

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close